Created with Sketch.
button-triangle-icon

Tatouages : l’entrée en vigueur d’un règlement européen inquiète les professionnels du secteur

À partir de janvier 2022, une réglementation de l’Union Européenne interdira l’utilisation de certains pigments par les tatoueurs en raison de leur toxicité. Les syndicats de professionnels sont vent debout contre cette mesure. Explications.

25 pigments interdits et 4000 substances concernées

À partir du 4 janvier 2022, les tatoueurs devront appliquer le règlement européen Reach sur les encres et bannir les substances incriminées. 25 pigments seront alors interdits, essentiellement jaunes, oranges et rouges. 

Mais ce n’est pas tout : l’ECHA a également souhaité réduire la concentration maximale dans « certains colorants azoïques, les amines aromatiques cancérigènes, les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), les métaux et le méthanol ». En tout, pas moins de 4000 substances sont concernées par cette seconde mesure.

 

De son côté, le Syndicat National des Artistes Tatoueurs (SNAT) estime que ces « seuils sont globalement trop bas » et pointe le manque d’arguments techniques propres au monde du tatouage dans ce rapport.

 

À noter qu’en 2023, deux produits supplémentaires seront concernés par cette réglementation : le Pigment Blue 15:3 et le Pigment Green 7.

Les encres de tatouage sont-elles toxiques ?

L’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) explique avoir trouvé des substances toxiques dans la composition des encres.

Jusqu’alors, il était plutôt question des risques liés à la toxicité des aiguilles. En 2019, une équipe internationale de chercheurs alertait même sur la toxicité des aiguilles de tatouage dans la revue Particle and Fiber Technology. Composées de 15 à 20 % de chrome et de 6 à 8 % de nickel, celles-ci véhiculeraient des particules de métal dans le corps susceptible de provoquer des allergies.

D’après l’ECHA, certaines encres contiennent des particules de dioxyde de titane, un pigment blanc mélangé aux encres bleues, vertes et rouges. Des particules qui provoqueraient même l’abrasion de l’aiguille. 

Des encres de tatouage interdites en 2022 par l’Union Européenne